République française Ministère de la culture et de la communication - Direction générale des médias et des industries culturelles - www.dgmic.culture.gouv.fr
 
accueil presse écrite audiovisuel services en ligne industries culturelles la ddm
 
:: L’avenir de la radio à l’ère du numérique

Quelles suites pour le ministère de la culture et de la communication ?

[ARCHIVES] - Dernière mise à jour le 3/02/2002

Le ministère de la culture et de la communication peut partager le constat de Mme Coutard sur l’importance stratégique pour la radio de la diffusion hertzienne numéri-que, même si le développement de ce nouveau mode de diffusion doit s’envisager, non pas à court terme comme les promoteurs du DAB l’espéraient, mais à moyen terme.

Il est très important que, même si les principaux groupes opérateurs de radio en France ne se sentent pas concernés par la numérisation de la radio dans un délai proche, la réflexion soit installée sur une dynamique qui pourrait aboutir dans les années à venir à un mouvement global de numérisation de la radio. Il en va de l’avenir de ces groupes lorsqu’ils devront se confronter aux intérêts économiques des opérateurs de télécommunications et des multinationales du contenu sans commune mesure avec les leurs. Le ministère en particulier pourra répondre à l’attente des acteurs d’une démarche réaffirmée des pouvoirs publics en la ma-tière. C’est pourquoi pourraient être envisagés, dans le cadre de cette démarche :

  • La création d’un groupe de travail sur les aspects techniques, en particulier la stratégie d’évolution de la norme DAB Eureka 147 et une combinaison avec la diffusion satellitaire. Compte tenu des fortes réticences des industriels à relancer des travaux dans ce domaine, il sera nécessaire d’associer l’ensemble des ac-teurs intéressés (radiodiffuseurs, équipementiers, diffuseurs techniques, secréta-riat d’État à l’industrie, CSA et ministère de la culture et de la communication). Cette démarche d’adaptation de la norme devra également être présentée au ni-veau communautaire, de manière à convaincre nos partenaires de travailler à faire évoluer la norme actuelle ou d’en créer une nouvelle en prenant en compte les besoins ascendantes de compatibilité. Le développement de la radiodiffusion sonore directe numérique par satellite, s’il rencontre un succès commercial sur les autres continents, sera un argument en notre faveur.

  • L’analyse de la complémentarité entre les différents modes de diffusion devra être poursuivie, en particulier avec la téléphonie mobile et sur l’internet qui offre de très larges perspectives pour la radio, contrairement à l’analyse mesurée du rapport . Le fond d’aide à l’édition multimédia (CNC - Industrie) pourrait être sollicité. Par ailleurs, dans le cadre du rééxamen du cadre européen sur les in-frastructures et services de télécommunications actuellement en seconde lecture devant le Parlement européen, le ministère de la culture et de la communication a fait preuve de vigilance en convainquant les autres Etats membres de ne pas limiter la réglementation audiovisuelle aux seules infrastructures audiovisuelles classiques.




imprimer envoyer

La contribution à l’audiovisuel public (anciennement redevance audiovisuelle)
Paquet télécom et Politique du spectre
Les contrats d’objectifs et de moyens des organismes de l’audiovisuel public
La réforme de l’audiovisuel extérieur
Ressources en ligne

Lettre d'information | Liens | Contacts | Mentions légales | Poste(s) à pourvoir
Direction générale des médias et des industries culturelles - Ministère de la culture et de la communication