République française Ministère de la culture et de la communication - Direction générale des médias et des industries culturelles - www.dgmic.culture.gouv.fr
 
accueil presse écrite audiovisuel services en ligne industries culturelles la ddm
 
:: La diffusion télévisuelle : évolution de 1996 à 1999

Les chaînes thématiques et locales

[ARCHIVES] - Dernière mise à jour le 3/02/2002

Même si les chaînes sportives apparaissent comme les plus dynamiques, la montée en puissance des chaînes du câble et du satellite est un phénomène général. Ces chaînes s’approprient ainsi une part de marché toujours grandissante au sein de la diffusion télévisuelle. La télévision payante a en effet connu un nouvel essor à partir de 1996 avec le développement de la diffusion par satellite et l’apparition de la diffusion numérique.

Il faut néanmoins relativiser cet essor ; le poids économique des chaînes thématiques reste faible face aux majors de l’audiovisuel que sont les chaînes hertziennes. Les chaînes thématiques et les opérateurs de bouquets ne représentent toujours ensemble, que moins du tiers du chiffre d’affaires de la diffusion télévisuelle. De plus, les chaînes nationales hertziennes se partagent 36 milliards de francs tandis que le chiffre d’affaires des chaînes du câble et du satellite s’élève à 6,5 milliards de francs pour une petite centaine d’entreprises. Malgré la croissance de leurs chiffres d’affaires, ces nouvelles chaînes sont encore rarement bénéficiaires. On comprend alors, qu’en réalité, ces deux économies sont de natures très différentes.

En effet, les ressources des chaînes du câble et du satellite proviennent avant tout des reversements effectués à partir des abonnements souscrits auprès des opérateurs du câble et du satellite. La publicité ne représente actuellement que 15% de leurs ressources. Par ailleurs, les chaînes thématiques se distinguent des chaînes hertziennes par leur politique concernant les programmes. Elles ont une production interne très faible et les achats de programmes constituent couramment près de 40% de leurs dépenses. Ces chaînes font largement appel aux rediffusions. Les producteurs audiovisuels disposent ainsi, de la perspective d’un second marché qui pourrait leur permettre de valoriser leur catalogue et de mieux assurer leur développement.

Néanmoins, même si ce marché est en pleine expansion, il faudra bientôt compter avec un nouveau support. En effet, le paysage de la diffusion télévisuelle sera prochainement remodelé par l’apparition du numérique hertzien de terre.




imprimer envoyer

La contribution à l’audiovisuel public (anciennement redevance audiovisuelle)
Paquet télécom et Politique du spectre
Les contrats d’objectifs et de moyens des organismes de l’audiovisuel public
La réforme de l’audiovisuel extérieur
Ressources en ligne

Lettre d'information | Liens | Contacts | Mentions légales | Poste(s) à pourvoir
Direction générale des médias et des industries culturelles - Ministère de la culture et de la communication